LES ÉCHOS DU CONSEIL – 12 novembre 2019

 

 

Questions  diverses du groupe municipal  Vaux-sur-Mer Autrement

 

PLU

Enquête  publique  :  Consultation
Commission  départementale  de  préservation  des  espaces  naturels, agricoles  et  forestiers
Dans  le  cadre  de  la  révision  du  PLU  de  VAUX-SUR_MER,  la  Commission  départementale  de  préservation  des  espaces  naturels,  agricoles  et  forestiers  –  CDPENAF  s’est  réunie  le  lundi  28  octobre  2019  à  La  Rochelle.  Cette  Commission  associe  des  représentants  de  l’Etat,  des  collectivités  territoriales,  des  professions  agricoles  et  forestières,  de  la  chambre  d’agriculture,  d’une  association  locale  affiliée  à  un  organisme  national  à  vocation  agricole  et  rurale,  des  propriétaires  fonciers,  des  notaires,  des  associations  agréées  de  protection  de  l’environnement,  de  la  fédération  départementale  des  chasseurs  et  de  l’INAO.
Quel  avis  a  été  rendu  par  cette  commission  ?

Participation
Lors  de  leurs  enquêtes  publiques  respectives  les  communes  de  Saint  Georges  et  Semussac  ont  mis  en  place  un  registre  dématérialisé  à  disposition  du  public  ?  
En  sera-t-il  de  même  pour  nos  concitoyens  afin  de  faciliter  leur  participation?

Associations  naturalistes  de  la  commune
Dans  le  rapport  de  présentation  du  PLU  partie  diagnostic  page  28,  Il  est  fait  état  «d’Associations  naturalistes  de  la  commune»,Quelles  sont-elles?  Une  évaluation  environnementale  à  intégrer  au  dispositif  Trame  Verte  et  Bleue  a-t-elle  été  réalisée  ?

Espace  naturel  sensible
Il  a  été  constaté  la  construction  d’un  chenil,  générateur  de  nuisances  environnementales,  sur  les  berges  du  Pérat,  classé  «  Espace  naturel  sensible  II  et  «  Espace  Remarquable  »  dans  le  Schéma  de  Cohérence  Territoriale  de  la  CARA.
Quelles  mesures  de  préservations  réglementaires  la  municipalité  compte­-elle  mettre  en  œuvre  pour  faire  appliquer  la  réglementation  au  sein  de  cet  espace ?


Vu dans la presse : Le Littoral

L’urbanisation  en  question

Ce  12  novembre,  en  conseil  municipal,  les  questions  du  groupe  de  l’opposition  ont  porté  sur  le  Plan  local  d’urbanisme  (PLU).

Entre  le  marteau  et  l’enclume,  comme  toute  agglomération  de  bord  de  mer  particulièrement  attractive,  Vaux-sur-Mer  doit  com­poser  pour  se  développer.  L’un  des  enjeux  est  d’atteindre  le  quota  imposé  de  logements  sociaux  tout  en  évitant  l’étalement  urbain.

Christian  Bégot.  adjoint  en  charge  de  l’urbanisme  explique  :  « Le  nou­veau  PLU  est  arrivé  à  L’avant  der­nière  étape  de  l’enquête  publique.  Il  est  l’aboutissement  d’un  long  processus  entamé  par  le  conseil  municipal  en  2016  La  phase  d’études  a  été  réalisée  en  étroite  concertation  avec  les  services  de  l’Etat  (DDTM  en  particulier)  et  le  service  urbanisme  de  la  CARA.  Par­mi  les  points  forts  de  ce  projet  figure  la modération  de  la  consommation  d’es­paces.  Il  réaffecte  environ  100  hectares  aux  terres  agricoles  et  naturelles  par  rapport  au  document  d’urbanisme  précédent.  De  plus,  les  documents,  en  particulier  le  règlement  écrit,  sont  conformes  aux  principes  du  décret  de  simplification  du  PLU  Ils  sont  plus  simples  et  plus  compréhensibles  que  précédemment ».

L’étape  de  l’enquête  publique,  qui  s’achève  le  13  décembre,  permet  à  chacun  de  faire  ses  remarques.  L’op­position  a  donc  formulé  diverses  questions,  portant  notamment  sur  la  préservation  des  espaces  natu­rels  et  forestiers.  Il  leur  a  été  répon­du  que  «  les  organisations  syndicales  agricoles  ayant  boycotté  le  rendez-vous,  leur  avis,  suite  à  une  réunion  du  28  octobre,  était  attendu  ».

Interrogé  sur  la  possibilité  de  mettre  en  place  une  solution  déma­térialisée  pour  répondre  à  l’enquête  publique,  Christian  Bégot  a  expliqué  que  ce  mode  de  participation  était  « complexe  à  mettre  en  œuvre  et  par  ailleurs  non  obligatoire  »,  Enfin,  au  sujet  l’implication  des  associations  environnementales  pour  la  préserva­tion  des  trames  bleues  et  vertes,  l’élu  a  précisé  que «  beaucoup  d’entre  elles,  comme  Obios,  la  LPO,  le  Marais  de  Pontaillac,  ont  répondu.  Leurs  ob­servations  ont  été  reprises  pour  per­mettre  d’élaborer  un  PLU  de  projets  et  non  de  normes,  favorable  au  vivre  ensemble »  •  A.F.