CARA – Conseil communautaire Séminaire – 10 Septembre 2018


Les conseillers communautaires se sont réunis pour leur rentrée au Club Med à la Palmyre.
Ce fut l’occasion de faire le point sur la saison touristique passée et d’aborder l’urbanisme des centres-bourgs :
ensemble de finalités à poursuivre, de conditions à réunir, d’outils à mobiliser et d’actions à organiser dans le temps.

Trois intervenants se sont succédés au cours de la journée et ont évoqués :

Bruno MÉNEZ – Cabinet Lestoux et associés
« Les quatre fonctions d’un centre bourg d’un centre-ville habitat commerce service public et identité »
développant,
– L’attractivité des centre-ville et des quartiers
– L’économie de proximité des territoires
– Le commerce et les nouveaux enjeux de consommation
autour de 4 fonctions :
– la fonction économique ;
– la fonction identité ;
– la fonction habitat ;
– la fonction services.

Caroline MAZEL – Agence Médiarchi
« Rendre un centre bourg, un centre attractif est vivant grâce à l’architecture et à l’urbanisme »  évoquant la médiation de l’architecture :
…. s’intéresser en particulier à l’habitat n’implique pas d’exclure les équipements et monuments car ils sont une partie essentielle de toute société humaine. La mairie, la bibliothèque, l’école, le théâtre, l’église, l’hôpital comptent parmi ceux-ci. Et face aux bouleversements du monde, ils constituent toujours des repères pour amener la stabilité et la sérénité dont l’homme a besoin. Dans une société où notre avenir est incertain, plus que jamais l’architecture doit incarner des valeurs. Rendre compte d’une conception du monde où on appréhende la réalité en premier lieu au travers de la perspective humaine. Plus que l’instabilité, la précarité, la fragmentation et la discontinuité, il faut veiller à ce que l’architecture incarne la « rassurance » …

et Élie de Foucauld,  directeur de l’Office de tourisme communautaire « Destination Royan Atlantique »
« L’office de tourisme communautaire, un outil pour quel projet ? »
Intervention pertinente relayée dans la presse pour souligner l’importance du défi à relever face à la concurrence du Maroc, de la Tunisie, et d’évoquer la tendance de fond du rapport qualité/prix de ces destinations qui impacte la “Destination Royan Atlantique” en cohérence le Schéma de Cohérence Territorial, le SCoT.
Elie de Foucauld analyse alors le Pays royannais comme un territoire de “villégiature”  et non plus seulement comme une destination « balnéaire » misant sur «  ce petit volcan d’un mois et demi qui se réveille chaque année ».